Récupération
de chaleur fatale industrielle
des économies d'énergie à la clé

Accueil > Chaleur fatale : quel gisement ? à quels niveaux de température ?

Chaleur fatale : quel gisement ? à quels niveaux de température ?

Une étude réalisée par le CEREN a permis d'identifier et de quantifier les gisements de chaleur fatale sur la base de données issues des 7 000 plus gros consommateurs d'énergie dans l'industrie (industries manufacturières et industries du raffinage). Le périmètre d'investigation comprend 130 secteurs d'activité.

Afin de réaliser une évaluation de gisement optimale, trois filtres de sélection ont été établis :

  • S'attaquer aux procédés les plus énergivores : fours, séchoirs, chaudières…
  • Viser les rejets les plus accessibles : les fumées (des fours et des chaudières) et les buées (des séchoirs).
  • Se concentrer sur le niveau de température le plus efficace : > 100 °C. Cela ne signifie pas qu'il faille se désintéresser des températures plus basses. Pour celles-ci, les voies de valorisation sont multiples, notamment grâce aux pompes à chaleur, toutefois très peu répandues dans l'industrie.

Les résultats de cette étude ont montré que 51 TWh, soit 16 % de la consommation de combustibles dans l’industrie (hors usage en matière première, mais y compris le secteur du raffinage), sont rejetés sous forme de chaleur fatale à 100 °C et plus.

Le gisement de chaleur fatale dans l'industrie provient, dans l’ordre :

  • des fumées de fours,
  • des buées de séchoirs,
  • des fumées de chaudières.

Gisement de chaleur fatale par types de rejets

La chaleur perdue est majoritairement disponible à des températures comprises entre 100 °C et 200 °C. Ce gisement représente en effet plus de la moitié du potentiel global disponible. 27 % de la chaleur perdue se situent entre 200 °C et 300 °C, et 19 % de la chaleur perdue se situent au-dessus de 300 °C.

Gisement de chaleur fatale par niveaux de température

Source : "La chaleur fatale industrielle", ADEME, mars 2015, réf. 8445.

Il est à noter que 10,2 TWh, soit 20 % du gisement national de chaleur fatale (> 100 °C), sont valorisables dans les réseaux de chaleur existants. Ce gisement de chaleur fatale provient des sites industriels présents à proximité des réseaux de chaleur des 462 communes desservies.

Ce gisement correspond à près de 50 % de la chaleur livrée en 2014 par les réseaux de chaleur en France (Source : SNCU - Enquête annuelle sur les réseaux de chaleur et de froid - Édition 2015).

5 thèmes sur la récupération de chaleur